Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



mardi 4 octobre 2011

Tourbières de Frasne



Aujourd'hui je vous emmène en balade dans un paysage nordique à deux pas de chez moi !

Dimanche dernier nous étions invités par les élus de notre commune, à participer à une sortie-nature. Nous sommes donc allés visiter les tourbières de FRASNE dans le Haut-Doubs.


Les tourbières de FRASNE s’étendent sur une superficie de 160 hectares.
En 2003  la réserve naturelle volontaire (RNV) devient réserve naturelle régionale
Février 2003 : site n° 1266 de la Convention de Ramsar (zone humide reconnue d’importance internationale)
Décembre 2003 : site Natura 2000

Un ponton de bois (aperçu sur la droite) permet de circuler au cœur de la tourbière tout en respectant cet environnement particulièrement fragile. Au milieu, un ancien sentier (tourbière ancienne "bombée", sèche)...



Qu’est-ce qu’une tourbière ?

Une tourbière est un écosystème fragile formé par l’accumulation de matière organique d’origine végétale. Le processus de décomposition est très lent et incomplet et aboutit à la formation d'une roche combustible qui contient 50 % de carbone.
Les tourbières font partie du paysage caractéristique de notre région. Elles abritent une faune et une flore rares, souvent menacées.
Elles participent à l’équilibre hydrologique en retenant l’eau et en la redistribuant tout au long de l’année.
Ce sont des milieux très acides, pauvres en oxygène qui empêchent la décomposition et favorisent la fossilisation (pollens, invertébrés et vertébrés…) Ce qui permet de retracer l’histoire de l’évolution végétale et climatique sur des siècles, voire des millénaires.

Les tourbières s’établissent souvent sur des cuvettes anciennement creusées par la présence de glaciers, et qui se remplissent d’eau. Ce sont les espèces hydrophiles qui se développent essentiellement dans ces endroits. Et tout particulièrement les sphaignes.


La partie blanche de la sphaigne est la partie immergée. Au fur et à mesure de leur croissance, les sphaignes se tassent à la base sans jamais se décomposer complètement. La tourbe s'accumule de cette façon au cours des siècles.
5 cm de tourbe = un siècle !
A Frasne, la tourbe atteint 4 à 5 m d'épaisseur en certains endroits !















Laiches, sphaignes et à droite formation de la tourbe...















La tourbe est une roche combustible qui contient 50 % de carbone. Elle est extraite en plaquettes qui sont mises à sécher sur champ puis mises en tas après séchage. 
Il s'agissait autrefois d'un travail pénible. Les chevaux étaient couverts de mouches aussi on allumait des lanternes dont la fumée éloignait ces insectes. 
















Voici la tourbière vivante :
Des végétaux en milieu très humide, sur une très forte épaisseur. La matière organique va s’y accumuler au cours des siècles...

 


Dans la tourbière vivante, la Sarracenia purpurea :



Cette plante carnivore en provenance des Etats-Unis a été implantée en 1885. Bien mauvaise idée car maintenant il faut lutter pour éviter la colonisation…


Et maintenant la tourbière bombée :
Le matelas de végétaux s’est épaissi. La matière organique s’est accumulée au cours des siècles. La tourbière se surélève au-dessus du niveau initial. Le dépôt de tourbe noircit, la formation de tourbe s’arrête, la surface bombée devient sèche.



Sur la photo ci-dessous on voit bien l'élévation de la tourbière bombée...


Sur le dessus de la tourbière bombée...

 


La flore spécifique des tourbières : airelle, myrtille, canneberge, callune, andromède, pin à crochets, pin Weymouth, droséra, sphaignes.


Pin à crochets


Callune, myrtille, airelle….





























A noter que pour voir la drosera (plante carnivore) il faut venir plus tôt en saison. Quant aux callunes, elles sont en fleur en juillet.






En France les tourbières sont protégées. Il n’en est pas de même dans d’autres pays qui exploitent la tourbe industriellement, détruisant ces écosystèmes fragiles. 

Amis jardiniers qui souhaitez adopter un comportement éco-responsable dans vos pratiques culturales,  n'utilisez plus de tourbe dans vos jardins !







22 commentaires:

le jardin du vent a dit…

Quel bel article, merci Catherine!

Marie-Claude a dit…

Ton reportage est très intéressant, j'ai appris plein de choses.
Merci
MC

Gine a dit…

Très didactique ton billet et très efficace pour le rappel de ne pas utiliser de tourbe ! Alors, pour moi, adieu bruyères, hortensias, azalées ... En fait je n'utilise que du terreau sans tourbe et chaque 2 ou 3 ans je craque pour un ballot qui permet de faire vivre mes quelques bruyères ... Les callunes, je les change chaque année !

Richard Moisan a dit…

C'était sûrement une belle balade. En tout cas, très intéressante.
Merci de nous en avoir fait profiter, Catherine!

louli a dit…

Quand on voit le délai que tu nous annonce pour obtenir la tourbe,il y a plutôt intérêt de la préserver !! Personnellement, je n'en utilise pas. Bises

anabel a dit…

intéressant ton reportage. Dans le haut Jura il y a aussi de belles tourbières. Bonne journée. Geneviève

Catherine a dit…

Stéphanie, merci pour ton passage !

Catherine a dit…

Mmarie-Claude, moi aussi j'ai appris plein de choses ce dimanche.
Mais il a fallu condenser le billet. Si j'en ai le temps, je ferai peut-être "une page" à propos de la tourbe.
Bon après-midi !

Catherine a dit…

Gine, quand il m'arrive d'acheter un sac de terreau je regarde au dos l'étiquette pour vérifier !
Si tu as des aiguilles de pin à composter ça pourrai faire l'affaire...

Catherine a dit…

Richard, bonjour !
Oui ce fut une belle balade. Sous un ciel magnifique comme le prouvent les photos.
Amitiés. Catherine

Catherine a dit…

Louli, un bon point pour toi ! Et ton jardin est bien beau sans tourbe.
Bises.

Catherine a dit…

Geneviève, oui, les tourbières s'installes dans les cuvettes laissées par les anciens glaciers. Ceux-ci descendaient assez loin : en forêt de Chaux et dans les villages alentour le sol renferme de nombreux galets, vestiges des moraines de ces glaciers.
J'irai faire un tour à Frasne au printemps pour prendre le temps d'observer (nous étions en groupe et un peu limités par le "timing").
Bises.

✿ France ✿ ✿ a dit…

Bonjour Catherine et merci pour toutes tes infos je trouve que c'est agréable de te suivre et de regarder toutes ces photos*
je vais même dire à Flo de passer voir tes photos et lire aussi il va adorer
Merci pour ton blog
Il est bien nature
Je t'embrasse

Lydie a dit…

Merci pour ce bel article ! très intéressant et qui a bien complété ma connaissance de ce milieu !

On protège ce que l'on connait ! Transmettre sa connaissance c'est protéger !
Bonne soirée

m-pierreG a dit…

intéressant ton article, mais je ne trouve pas que cela ressemble trop au pays nordique...cette année nous avons été en Norvège, et c'est vraiment différent! plus vaste surtout et la présence de l'eau n'est jamais bien loin
a+@
le jardin boultois
mp

Catherine a dit…

Bonsoir France,
La promenade était bien intéressante, grâce aux explications données par notre accompagnateur.J'ai apppris plein de choses. Mais pas le temps de photographier en détail ; il fallait suivre le rythme de la marche !
Bises.

Catherine a dit…

Lydie, tu as raison. Il y a quelques années j'ai arrêté d'utiliser le terreau contenant de la tourbe quand j'ai justement découvert ce qu'était une tourbière.
Bonne soirée.

Catherine a dit…

Marie-Pierre, les photos ne rendent pas cette ambiance de paysage nordique.
Et l'eau est bien présente dans cette région où les lacs sont partout. J'ai photographié la tourbière, mais pas l'eau aux environs !
La tourbière vivante : c'est une étendue d'eau couverte de végétation...

Catssy a dit…

très intéressant ton article Catherine !!! j'avoue qu'il m'est arrivé d'en utiliser houuuuu !!! bises ;D

Catherine a dit…

Virginie, de nombreux jardiniers ont utilisé -et utilisent encore- la tourbe. Mais si on n'est pas informé...
Il y en a dans la composition de certains terreaux : bien lire l'étiquette au dos du paquet.
On trouve maintenant des plaquettes de semis et des petits pots de repiquage en fibre de coco et non plus en tourbe.
Bonne journée. Bises.

lejardindebrigitte a dit…

Très bien ton article Catherine!!
Cela fait très longtemps que je n'utilise plus de tourbe et regarde aussi les compositions des terreaux pour les raisons que tu expliques.,
malheureusement on incite constament les jardiniers à en utiliser et on en trouve toujours à acheter,c'est donc à nous consommateurs d'inverser la chose!!!

Catherine a dit…

Bonjour Brigitte !
Oui, par manque d'information, les jardiniers utilisent encore la tourbe . La presse spécialisée dans le jardinage parle plus de l'utilisation de la tourbe que de la préservation des tourbières.
A mon modeste niveau, j'essaie d'informer...
Bon week-end, Brigitte !