Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



mercredi 13 juin 2012

Neillia affinis ou la simplicité raffinée




Vous recherchez un arbuste, tout simple, facile et gracieux ? J'en connais un :  le Neillia affinis ! Il sera aujourd'hui l'objet d'un petit coup de projecteur.


Il existe une dizaine de variétés de Neillia mais je n’ai trouvé que celui-là dans la jardinerie la plus proche, un peu par hasard il faut bien le dire. Je l’ai installé en bordure de pinède où je retrouve sa floraison chaque année en fin de printemps. Le reste du temps… je l’oublie un peu à l’emplacement que je lui ai choisi ; ce qui devrait me décider à le bouturer ou à le marcotter pour en profiter dans un autre endroit du jardin.





C’est un arbuste peu exigeant,  pour jardinier paresseux ou très occupé  (moi je suis de la deuxième catégorie !) Voici quelques renseignements si vous ne le connaissez pas :

Neillia affinis est originaire de l’Ouest de la Chine, de l’Himalaya, du Tibet où il pousse sur les rives rocailleuses des cours d’eau. Cet arbuste pourra atteindre 2 mètres en tous sens (chez moi il se tient à 1 m 50 à peine). On le plantera donc en terre ordinaire, humifère et drainante. Il supporte un peu de calcaire et résiste à – 20° C (on s’en douterait au vu de ses origines).
Ce caduc possède des feuilles dentées sur des tiges ramifiées en zig-zag et fleurit en grappes de petites fleurs roses en Mai/Juin.
Exposition : soleil ou mi-ombre. Pas de maladies, il demande juste un nettoyage des branches sèches au printemps.



Dans mon jardin, il a été installé plein Sud en sol rocailleux, très sec, sous les pins. Dans ses débuts, j’ai protégé son pied de la sécheresse par un épais paillis. Maintenant qu’il a trouvé ses repères, il supporte parfaitement les conditions que je lui ai imposées, sans soin particulier. Et une fois la floraison passée il reste intéressant grâce à son  feuillage léger et gracieux.







18 commentaires:

Le Jardin de Chêneland a dit…

Je suis toujours attirée par tous ces arbustes qui ont la bonne idée de fleurir au mois de juin. Mon mois préféré.. Je ne l'ai jamais rencontré chez un pépiniériste alors que sa rusticité face à cet hiver est pourtant très importante pour adopter cette merveille qui ferait un bon compagnon pour les rosiers.
bises jocelyne

Kristin a dit…

les fleurs sont toutes belles et il a un joli nom...à retenir dès que j'aurais de la place (càd pas tout de suite! dommage!)

louli a dit…

J'ai l'impression de ne l'avoir jamais rencontré ou alors il est très discret...En tous cas, j'aime bien sa floraison ! Bises

Gine a dit…

Inconnu aussi pour moi. Mais je vais ouvrir l'oeil, il me paraît prometteur ! Merci !

Marie-Noëlle a dit…

Ce genre de petit arbuste, sans prétention et surtout sans entretien est devenu quasi introuvable dans ma région. J'ai déjà eu un mal de chien pour dénicher un malheureux kolkwitzia.
Par contre, je n'en ai jamais eu un nulle part dans mes jardins et ne le connais pas vraiment. La fleurette semble être mignonne et délicate.
Bonne soirée

Duojardin a dit…

On adhère à vos propos, c'est un discret qui sait se montrer séduisant.

Catherine a dit…

Jocelyne, comme je le précise dans mon billet, le Neillia est un arbuste très complaisant.
Bises

Catherine a dit…

Kristin, bonjour.
Ah ce problème de place... moi j'en ai mais je suis obligée d'agrandir les massifs et ce n'est pas toujours facile.

Catherine a dit…

Louli, oui le Neillia est un arbuste discret : son feuillage n'est pas dense, sa floraison toute en légèreté. Au moins, il ne gêne pas ses voisins !
Bises à toi aussi

Catherine a dit…

Gine, on ne le rencontre pas souvent, c'est vrai. Il n'a pourtant rien d'un arbuste rare. Dans un petit jardin, il saura trouver sa place.

Catherine a dit…

Marie-Noëlle, les jardineries nous proposent bien souvent de jolies choses... pas faites pour les jardins du cru. A ma question du "pourquoi", on a répondu qu'il y avait des demandes. Ils feraient mieux de nous proposer de solides basiques ! Enfin, c'est une vue de l'acheteuse pas du vendeur.Lors de la dernière ouverture, on m'a demandé des conseils pour la culture de l'olivier. En Franche-Comté !

Catherine a dit…

Duojardin, merci pour votre passage aux Pins Noirs.

berthille a dit…

J'ai plusieurs fois eu la main sur le pot. Mais il y a toujours un je ne sais quoi qui me le fait reposer en rayon.
En fait, son feuillage ne n'attire pas vraiment et sa floraison intervient à un moment où le jardin n'en manque pas.
Qu'en est-il de ses couleurs automnales ?

Richard Moisan a dit…

C'est toujours intéressant, ce que tu nous fais découvrir, tout au long de tes promenades de jardin. Bonne journée ensoleillée, Catherine!

m-pierreG a dit…

intéressant car je veux supprimer un arbuste pourtant bien portant un chèvrefeuille arbustif, mais je préfère les plantes a floraisons (été ou automne) au printemps nous ne sommes pas vraiment au jardin!
a+
mp

Catherine a dit…

Blandine, le feuillage est pourtant léger et ne gêne pas le voisinage. Ce n'est pas en automne que tu trouveras le Neillia affinis intéressant, mais bien en fin de printemps printemps et en été.
Bises

Catherine a dit…

Richard, bonjour !
Bonne journée à toi aussi. Ici le soleil semble (enfin !) réapparaître timidement.

Catherine a dit…

Marie-Pierre, L.tatarica ou L.fragantissima ? Le premier ne me manque pas au jardin mais pour le second, quel parfum ! Je l'ai placé à l'entrée du jardin et comme je passe devant lui plusieurs fois par jour, j'en profite.
Bon après-midi.