Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



mardi 6 novembre 2012

Hydrangea aspera Kawakami ou Fothergilla major ?



Le titre que j'ai choisi concerne la deuxième partie de mon billet et j'aurais pu tout aussi bien titrer "la partie immergée de l'iceberg" et vous allez voir pourquoi.

Souvenez-vous, il y a quelques semaines, j'avais accepté l'idée de mon mari à savoir, alléger la ramure du Troëne de Chine qui surplombait la terrasse Ouest. Une branche par-ci, une branche par-là éliminées à la scie mais une fois  la tronçonneuse sortie, on a vu où l'affaire nous a menés :


J'avais du mal à accepter la situation ;  je regrettais déjà la floraison blanche si légère de fin de printemps qui malheureusement, n'avait pas su séduire mon mari.



 Mais on n'allait pas recoller les branches... Quant à attendre qu'elles repoussent c'était courir le risque d'entendre dire que décidément cet arbuste n'avait pas d'attrait (aux yeux de qui vous savez, tout au moins).

Il y avait donc là un grand vide et il fallait replanter quelque chose. La souche se trouvait entre le Cornouiller élégantissima et un regard dissimulé derrière les Hydrangeas. Il n'y avait qu'une solution : l'éliminer. Sans aucune possibilité de l'extraire avec un engin : l'endroit est inaccessible.
Mine déconfite de mon mari. Un peu la tête de l'arroseur arrosé !  C'est bien beau de manier la tronçonneuse, mais il faut assumer les conséquences ! Il y avait lieu de s'inquiéter ; le plus beau, si j'ose dire, se trouvait en dessous :



Je précise ici, pour celles et ceux qui ne le savent pas encore, que je jardine et entretiens seule la propriété.  Jean Claude  n'entend rien aux histoires de plantations, de tondeuse, de taille-haie ou de souffle-feuilles. Son affaire, vous l'avez compris ... c'est la tronçonneuse ! Là je plaisante car c'est un excellent bricoleur.  Et en outre, au jardin, il y a des moments où je suis bien contente de pouvoir faire appel à lui : par exemple lorsque je rencontre un rocher en creusant dans la pinède Ou pour dessoucher ; c'est là sa grande spécialité sur les rejets de noisetiers (les écureuils en sèment partout) : fort patient, il a l'art de détricoter les racines à l'aide d'une piochette. Mais les noisetiers, ce sont  des caramels mous à côté de la souche d'un Troëne de Chine de 4 mètres de haut ! 
Il faut tout d'abord cerner la souche en question

   
en enlevant méthodiquement les racines périphériques : 

 

J'ai pris les photos depuis la terrasse. On remarque que Jean Claude avait sorti la hache, la pioche, le maillet et le ciseau à bois grand modèle...




Non seulement les  racines de l'arbuste étaient fort nombreuses mais quelques-unes,  pivotantes, empêchaient l'arrachage. L'idée à été d'utiliser un vieux cric pour venir à bout de cette souche récalcitrante. 






Une fois ce travail terminé, est venu le choix du remplaçant et je me suis dit qu'il y avait bien dans un coin un arbuste qui ne demandait qu'à être mis en valeur. En faisant le recensement, et compte tenu des contraintes : pas trop de hauteur, pas trop d'étalement, une expo mi-ombre claire... sont restés en lice l'Hydrangea aspera "Kawakami" et le Fothergilla major.
Généreusement et probablement impressionnée par les efforts déployés par ma moitié, j'ai associé Jean-Claude à la décision finale. Je penchais pour l'Hydrangea... Allez, vous l'avez compris : c'est le Fothergilla major qui l'a emporté !



Je possède deux exemplaires de cet arbuste. Séduite par le premier Fothergilla acheté l'an dernier, je suis revenue d'une foire aux plantes au mois d'avril,  avec un nouveau sujet, me disant que je trouverais bien un coin pour lui. Il paraît que c'est un exemple de ce qu'il ne faut pas faire : choisir et acheter une plante et se demander ensuite où on va bien pouvoir l'installer. Nul n'est parfait.

Je vous avais présenté mon premier Fothergilla major quand il a été planté en avril 2011. Le voici en fleurs, au printemps :




Au bout du compte, quand j'observe la floraison du Fothergilla, j'essaie de me convaincre et de me dire qu'avec un peu de patience,  je ne perdrai peut-être pas au change d'autant plus qu'en automne il attirera certainement le regard.
Je me demande toutefois si je ne vais planter un nouveau Troëne de Chine, mais plus raisonnablement, dans la haie mélangée cette fois ! N'en dites rien à mon mari !








27 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Quel courage, Jean-Claude !
Félicitations.
J'ai aussi fait l'acquisition d'un fothergilla major cet automne, tentée par le beau feuillage qu'il arborait.
Bonne journée
Michèle P.

Richard Moisan a dit…

Et voilà! Tout va être super! Vivement le printemps, non?

anabel a dit…

quel casse tête ces souches à arracher, voici deux fois que je fais appel à une pelleteuse, et là c'est vraiment du bonheur quand on la voit travailler! Très mignon ce fothergilla!

Gine a dit…

J'ai bien ri en lisant ce reportage qu'on aurait pu tourner dans mon jardin - toute proportion gardée! Aurions-nous, à défaut du même jardin, le même style de mari? En tout cas, je ne vais plus laisser les troènes que les oiseaux sèment un peu partout dans le jardin prendre de l'ampleur! Ce Fothergilla est un bijou!

Françoise a dit…

J'adore ton article ! Une nouvelle fois, le mode de fonctionnement de votre couple est très proche du nôtre..

Cela étant, j'aurais aussi penché pour le Fothergillia..

Je vais justement partir tenter de soigner des blessures faites par la super énorme tondeuse. (car ici, ça c'est lui qui le fait il y a tout de même une fameuse surface.. et je ne pourrais pas y arriver seule)

En réalité, il me semble que l'important est de prendre en compte les autres floraisons qui sont proches de façon a étaler les fleurs dans l'année..

Bonne Journée

Catherine a dit…

Michèle bonjour !
Vous m'avez dit que votre Fothergilla était tout rouge. Le mien était caché par des plantes hautes. C'est peut-être pourquoi seul le dessus a rougi ?
La ténacité de JC pour ce genre de travail m'étonne toujours. Il y a passé des heures.
Bonne journée à vous aussi.

Catherine a dit…

Richard, chez toi le paysage ne changera pas sensiblement d'ici les beaux jours.
Ici, ce sera en quelque sorte une parenthèse. L'occasion d'autres activités.
Mais il faut ajouter que j'aime aussi le jardin en hiver, quand il révèle sa structure.

Catherine a dit…

Geneviève, il serait encore possible de passer par le bas du jardin avec une pelleteuse. Mais ces engins-là ont tellement "tourné" ici que je vois maintenant plus d'inconvénients que d'avantages à les accueillir (notamment du côté de la pelouse !). Mon dessoucheur est très écologique : il carbure au jus de fruits, et avec une tranche de kugelhopf ou de brioche au p'tit déj il est tout content!

Catherine a dit…

Gine, bonjour !
Amusant si tu devines chez ma moitié, un peu du style de ton mari. Ici les oiseaux font essaimer cotoneasters Franchetti, noisetiers ou noyers (je donne aux écureuils les armes pour nous battre : ce matin encore je distribuais les noix). Le vent se charge des charmes et des érables.

Catherine a dit…

Françoise, tu as quelle surface ? Ici mes 37 ares me poussent parfois à la limite de mes forces !
Quant aux maris, peut-être y a t'il une variété qui s'accorde aux jardinières : lors de nos déplacements en groupe avec notre Association, on remarque le plus souvent les femmes d'un côté, très attentives à l'environnement qu'elles découvrent, et les messieurs (nombreux porteurs de brouettes...)un peu à l'écart, qui papotent paisiblement. Mais de quoi ? pas certain qu'il s'agisse de jardinage !
Bonne journée à toi aussi.

Lydie a dit…

ha lala... que c'est dur de devoir faire plaisir son époux ! Mais sur ce coup là il a été bien eu ! Sacré boulot que de déssoucher ce troëne !
Pour ce qui est de réfléchir avant d'acheter... c'est soit une idée d'homme... soit une idée de paysagiste dépassionné qui achète des arbustes comme un maçon des briques !
Allez haut les coeurs je suis sûre qu'il te plaira à cet endroit ce nouvel arbuste !
Bises
Lydie

Catherine a dit…

Lydie, ben oui, une idée d'homme, de surcroît paysagiste !
Pour ma part, j'aime un peu de fantaisie, d'imprévu dans la vie.
Bonne soirée, Lydie.
Bises

Carzan a dit…

Ah, tu m'as bien fait rire, Catherine ! Et cela nous a rappelé une expérience similaire de déssouchage d'un saule tortueux. Tes deux arbustes sont très beaux, je ne saurais dire lequel j'aurais pris : en fait, les deux certainement ! A très bientôt !

Malo a dit…

Ton article m'a bien amusée! Quelle ténacité pour arracher cette souche! Bravo! Même s'ils ne sont pas jardiniers, nos hommes ont du bon pour nous aider dans certains gros travaux!

Catherine a dit…

Betty, bonjour !
Le saule tortueux... oui encore un qui ne se laisse pas faire.
L'hydrangea aspera "Kawakami" est resté dans le sous-bois, près de l'Acer "Orange sensation". Il est arrivé au printemps mais semble bien démarrer.
Bonne journée.

Catherine a dit…

Malorie, mes forces ont des limites. J'utilise une pioche plus petite que celle de mon mari(je l'appelle la "pioche de dame" !).
Il est très patient. Je ne sais pas comment il arrive à faire ce genre de choses.

m-pierreG a dit…

coucou catherine
pas le choix.........il nous faut parfois nos 'maris'! il faut dire qu'une pelleteuse est surement pratique, mais moins pour le portefeuille! mais agréable pour le dos?
bon le fothergilla bon choix
a+@
mp

Marie-Claude a dit…

Aujourd'hui, c'est le travail de ton époux qui est à l'honneur , Jo est appelé au secours lui aussi pour les dessouchages, avec mes petites forces, je ne risque pas de le faire.
Très beau ce Fothergilla !
Amusantes tes réflexions, on se reconnaît :
l'homme qui s'occupe de la pelouse et des lourds travaux et la femme qui réfléchit à savoir à quel endroit, elle va mettre son nouvel arbuste et qui le change de place...
Bises
MC

lesviolettes a dit…

merci catherine une belle leçon de patience,de ténacité et de courage,que je garde en mémoire quand on devra déssoucher chez nous quel âge avait ce troène ?

Sylvaine a dit…

J'ai adoré ton récit, il faut se méfier de nos hommes, ils ne jardinent pas et tout d'un coup, il leur passe une idée dans la tête... bien souvent facheuse !lol
C'est un sacré travail d'enlever une souche mais maintenant, le fothergilla va avoir une belle place.
Bonne soirée

Françoise a dit…

Catherine, la surface du parc chez nous est de 8 hectares...

mais en parterres.. je ne peux que faire une vague évaluation..
je dirais à la louche il y a un peu près 60 parterres et ou groupes de fleurs et arbustes ...
Autant te dire que ce n'est pas entretenu au bouton.. du moins pas tout.. entre 3 et 4 km de haies..
et un paquet de topiaires dans la plupart sont en aubépine.

Mon jardinier en chef s'occupe surtout des travaux réalisés avec des gros engins, grues, bull, tondeuses, tailleuses... et moi je fais tout le reste et la gestion du site internet..
je vous admire toutes et tous qui tiennent des blogs
car je n'arriverai pas je crois
d'autant que j'ai besoin d'apprendre beaucoup et que c'est en me promenant sur vos blogs que j'apprend la B-A Ba..

Catherine a dit…

Marie-Pierre, l'idée de faire entrer à nouveau des engins dans le jardin me fait dresser les cheveux sur la tête. Les chenilles font de gros dégâts dans les pelouses.

Catherine a dit…

Marie-Claude, à vrai dire, mon mari ne s'occupe pas du tout de l'entretien du jardin. Ce n'est pas son rayon. Il ne sait d'ailleurs pas trop comment démarrent les engins à moteur qui me servent à entretenir ! Je ne l'appelle que dans les cas extrêmes :lorsqu'il faut perforer un rocher,sortir la tronçonneuse ou m'accompagner à la déchetterie. Sinon à moi les tontes, les scarifications, taille-de haie (au taille-haie), ramassage des feuilles, nettoyages des terrasses etc...C'est assez lourd à gérer et il me faut une bonne organisation.
Soignes-toi bien. Bises

Catherine a dit…

Violette, ce troëne a été planté tout petit (en godet) à notre emménagement en 1998 il me semble. Je n'ai commencé l'aménagement du jardin qu'en 2000 et c'est pourquoi il était au coin de la terrasse Ouest...

Catherine a dit…

Sylvaine, j'étais présente quand Jean Claude a sorti la tronçonneuse. Mais de fil en aiguille... je n'ai pas pu l'arrêter ! Mon mari au jardin avec un sécateur c'est comme un enfant avec une boîte d'allumettes ! A une époque, il coupait dans les coins, subrepticement. Quand je découvrais les dégâts (du genre raser le viburnum de bodnant en décembre juste avant la floraison), je n'étais pas trop contente !
Le sécateur maintenant c'est pour les racines sur les souches !
Bises

Catherine a dit…

Françoise, ce n'est qu'en cliquant sur ta page Web perso que j'ai découvert ton site (je regardais à droite de la page et ne voyais pas de blog !).
Ton parc est magnifique. Quant au château, un vrai bijou. Chez toi c'est une véritable entreprise.
Ici ce n'est qu'un modeste jardin familial...
Il m'arrive de me rendre dans le Hainaut français. J'aimerais bien un jour venir faire un petit tour à Tongeren.
Amitiés jardinières.

Kristin a dit…

amusant et réaliste ton post...bravo à ton mari pour le dessouchage quand même et longue au nouvel arbuste. jolie floraison !