Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



jeudi 14 février 2013

Chronique hivernale...




Sur le blog d' un jardin Franc-Comtois en février, la chronique "jardinage" est désespérément vide. Et pour cause :


En attendant des jours meilleurs, vous pouvez consulter les deux pages que j'ai consacrées à des recettes naturelles pour l'entretien du jardin, sous le titre "Jardiner naturellement (1)"   et  "Jardiner naturellement (2)". Vous pouvez retrouver les articles en question, directement dans la rubrique "Pages" sur la droite.

Non non,  les photos ne sont pas en noir et blanc !




Ces derniers jours les chutes de neige ont été abondantes. Mais à présent que les températures sont négatives, il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour les végétaux qui sont bien au chaud sous la couette.
J'ai quand même dégagé les boules de buis de leur calotte de neige durcie et secoué quelques arbustes aux rameaux fragiles




C'est plus gai  avec un petit rayon de soleil dans la pinède





















Les routes du village sont tout à fait praticables ; le cantonnier passe avec la lame à neige à chaque nouvel épisode neigeux. Là c'est la route qui mène en forêt. Un peu moins dégagée sans doute, mais cela vous donne une idée de la neige tombée ces jours-ci.


 On distinge à peine les hauteurs des collines de la Dame Blanche :

 

Mais si le jardin est en hibernation (et la jardinière par la même occasion), les oiseaux ne le sont pas. La sittelle est une habituée des mangeoires.



Et il me semblait que j'avais photographié  un verdier, un oiseau que je ne voyais plus dans le jardin...Ce qui me chiffonnais, c'était ce plumage tacheté, et le corps un peu plus rond. Mais Blandine (le jardin de Berthille) est venue à mon secours : il s'agit du Tarin des aulnes. Un oiseau qui devrait se trouver plus bas, dans la plaine, dans les milieux humides où poussent les "vernes", mot Franc-Comtois utilisé pour les aulnes.



On s'affaire aux mangeoires, sans distinction de plumage...


Quelques bisbilles... Deux mésanges, l'une charbonnière, l'autre bleue. Ca discute ferme.



La bleue sera la plus rapide (ou la plus audacieuse). Pas contente, la charbonnière ! 


Aujourd'hui je n'ai pu voir que l'écureuil roux, arrivé un peu plus tard que son compère. Je vais lui consacrer un petit billet, rien que pour lui ; c'est toujours l'autre qui tient la vedette.

J'ai aussi relevé le défi : capturer le pic épeiche, une noix dans le bec. Si si... Cette prouesse (excusez mon manque de modestie pour ce coup-là) mérite bien un billet séparé là encore.



















8 commentaires:

Berthille a dit…

Ton "verdier" est un tarin des aulnes. Descend-il vers des contrées moins froides à la recherche de nourriture ou commence-t-il à remonter vers ces contrées plus froides pour sa reproduction ?
On va commencer à les revoir, souvent en nombre, à la recherche des graines d'aulnes.

Catherine a dit…

Blandine, merci pour l'info. Je rectifie.
Il me semblait plus gros que le verdier... Mais il s'est trompé de chemin : il n'y a pas d'aulnes ici. Ils sont plus bas, dans la plaine et dans les milieux humides. Ici les aulnes se disent "vernes" ; il y a un lieu-dit au village.

Gine a dit…

Pas encore de tarins chez moi, pourtant, c'est un habitué des mangeoires. J'aime son chant, si doux, si flûté, comparé aux tons aigus des mésanges! Le verdier est un patapouf à côté de ce petit léger... Sinon, tout est blanc aussi, même couche! Mais quelles magnifiques structures dans ton jardin : les grands arbres ainsi parés sont magnifiques!
Bonne soirée!

Sylvaine a dit…

Dis donc, tu as une bonne couche de neige ! Ici, de la pluie, encore et toujours et ce matin 1° et cet après-midi 3°, c'est froid et humide, je préfère quelques degrés de moins et de la neige, bizarremment, c'est moins froid !
Tes zoziaux se pressent aux mangeoires, l'hiver doit leur sembler long !

Catherine a dit…

Gine, c'est la première fois que je vois un tarin des aulnes ici.
Il est vrai que la neige embellit les structures de nos jardins.
Et je suis rassurée puisque tout mon petit monde est bien au chaud !
Bonne fin de semaine.

Catherine a dit…

Sylvaine, depuis plus d'un mois nous avons des épisodes neigeux successifs. Et le week-end dernier,ce fut sérieux. D'où mes balayages nocturnes qui effrayent tant Marie-Claude !
Je suis comme toi, un froid sec ne me dérange pas. - 14° la nuit dernière et - 8° au petit matin quand j'ai sorti Porthos. Mais j'étais bien. La bise ne soufflait pas.
Pour les zoziaux, je ne compte plus les sacs de tournesol que j'ai distribué. On ne peut pas faire autrement. Ils n'ont vraiment plus rien.

lesviolettes a dit…

merci Catherine pour ce récapitulatif en page de jardiner naturellement je prends bien note et je ferais le maximum pour utiliser ces méthodes cela demande du temps et je pense y arriver cette année.J'ai paillé un hosta avec de la fougère contre les limaces à suivre.........

Catherine a dit…

Françoise, bonjour !
Merci pour ta visite. A suivre ce paillage. Ce serait intéressant.
Bonne fin de semaine.