Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



mardi 28 mai 2013

11ème édition des Rendez-vous aux jardins



  RDV_affiche




Le jardin des Pins Noirs sera ouvert les 1er et 2 juin 2013*
pour les « Rendez-vous aux jardins »
du Ministère de la Culture et de la Communication.

A l'occasion de la commémoration du quatrième centenaire
 de la naissance d'André le Nôtre,"Le jardin et ses créateurs" 
est le thème choisi pour la 11ème édition de cette manifestation


Ce sont 2200 parcs et jardins, publics ou privés, qui feront vivre ce thème au cours du prochain week-end. Pour connaître le programme de votre région, renseignez-vous à l'adresse : rendezvousauxjardins.culture.fr


* Le vendredi 31 mai est réservé aux scolaires









mercredi 22 mai 2013

Acer griseum et compagnie



Le jardin a débuté il y a une douzaine d'années. J'ai commencé par planter les arbustes qui devaient former la structure. Arbustes assez communs issus de boutures qui venaient d'un autre jardin. Puis des variétés plus originales ont été introduites. Très rapidement l'Acer griseum a éveillé mon intérêt. Mais j'ai renoncé à le planter en raison de sa pousse assez  lente. Vous avouerez que le raisonnement ne tenait pas. Si je m'étais décidée à l'époque, l'Acer griseum commencerait à se remarquer !
Donc d'année en année, j'ai tenu le même raisonnement. Jusqu'à ces dernières semaines où un bel exemplaire d'Acer griseum m'a été offert par mon fils cadet.
Je l'ai planté courant Avril, l'accompagnant de végétaux aux couleurs chaudes en harmonie avec son feuillage et la couleur de son écorce.

Le voici à la plantation. Il est formé sur tronc.






Et quelques semaines plus tard, voici son feuillage qui paraît :





L'Acer griseum ou Etable gris, Erable gris de Chine, se nomme parfois érable cannelle, érable à écorce de papier, érable à écorce de bouleau...
L'écorce brun-roux de son tronc, qui se détache en rouleaux, comme la cannelle lui a valu le nom "d'érable cannelle".  
Son nom latin : Acer griseum, lui a été attribué  pour son feuillage vert sombre au revers gris qui vire au rouge/orange en automne. C'est un arbre originaire du centre de la Chine ; il est bien résistant au froid. Il mesurera entre 4 et 8 mètres. Comme il pousse assez  lentement, il ne va pas encombrer le massif avant longtemps ! 
Il apprécie un sol profond, léger, humifère et bien drainé. En revanche, il n'aime pas le calcaire. La multiplication par semis est toujours aléatoire, ce qui explique sans doute son prix toujours un peu élevé.

La érables proviennent de toutes les zones tempérées de l'hémisphère Nord. La famille des acéracées comporte des sujets bien différents, par la taille, le feuillage ou le port. Mais tous présentent en automne une belle coloration de leur feuillage. 

Peut-être devrais-je attendre l'automne pour vous présenter les arbres et les arbustes qui poussent aux Pins Noirs mais il y aura tellement de feuillages intéressants en fin de saison, que je risque de ne pas trouver le temps de le faire.

Je commencerai par quelques Erables Japonais. Sous ce terme, on désigne les érables qui viennent d'Asie.

Celui-ci est un Acer greffé Phoenix, photographié ces jours-ci : écorce rouge et feuilles orange/bronze au printemps. Cadeau de mon fils cadet, là encore.


 
Son feuillage vire au vert teinté de rouge en été. Le voici ce mercredi matin sous la pluie, en pleine mutation :


Il arbore ensuite son feuillage estival.  J'ai planté cet érable Japonais près de la petite fontaine de granit.



En automne, les feuilles virent  au jaune orangé. Vous remarquerez le bois rouge qui permet à cet arbuste de rester présent en hiver.





Je vous ai présenté "Orange Dream" récemment . Il pousse dans le sous-bois qu'il éclaire de son feuillage lumineux.













Le voici dans son habit d' automne :





Acer matsumurae "Akaz Shidare" ces jours derniers : son feuillage lacinié, bronze pourpré est très fin. L'arbuste est souvent utilisé pour la taille en plateaux. Toujours un cadeau de mon fils cadet !


Acer "Sango-Kaku" et son feuillage de printemps : un bon classique. Il est présent en deux exemplaires. L'un a été acheté en jardinerie. Le second, trouvé en godet dans une grande surface au prix de 1€50 (!) s'est développé à la vitesse V



L'érable de Hers (Acer grosseri Hersii) est bien discret au printemps et en été et je ne prends pas la peine de le photographier. Mais c'est en automne qu'il révèle la splendeur de son feuillage. Son écorce est verte, striée de blanc.





Et maintenant, un Arbuste que l'on rencontre peu. Il s'agit de Acer orientalis "Mirkovec" (Platanus acerifolia "Mirkovec").
Appelé platane d'Orient, il fait partie de la famille des acéracées. C'est un arbuste de petite taille, à mettre en bordure de massif. Joli en automne. Mais je m'aperçois que je n'ai pas grand chose à vous montrer de son feuillage.



Originaire d'Amérique du Nord maintenant, voici l'Acer saccharinum "variegata laciniata". Un érable de grande taille, à la pousse rapide. Son système racinaire est superficiel ce qui lui vaut de rejeter bien souvent de la base. A ne pas confondre avec l'érable à sucre : Acer saccharum !



Et je terminerai avec un érable bien de chez nous : Acer campestris, l'érable champêtre indigène, qui pousse en plusieurs exemplaires dans le jardin. Et qui me donne tant de travail de nettoyage : en fin d'hiver, quand je dois faire la chasse aux nombreux semis qui germent un peu partout. Au printemps quand il fleurit et éparpille des débris qui salissent les pavés. En été et en automne quand le vent disperse ses samarres sur les terrasses. En automne encore avec le ramassage des feuilles !



 Il y a encore d'autres érables que je n'ai pas en photo.Ce sera pour une autre fois.












.

samedi 18 mai 2013

Mai pluvieux... jardin heureux...




Et ça continue... je veux parler de la pluie bien entendu. Et pourtant nous avons eu droit dans l'après-midi à quelques rayons de soleil. Pas bien chauds mais du soleil quand même...
J'ai juste eu le temps de tailler quelques Loniceras. 

Si ces averses continuelles navrent la jardinière (et je pense ici à ces amies des blogs qui parlent de sécheresse... ), le jardin se porte comme... un charme ! Voici quelques scènes capturées au détour des allées.

Le choisya "Aztec Pearl" a été choisi car il est réputé pour être le plus rustique. Mais habituellement il sort de l'hiver en piteux état. Cette année, évènement : il fleurit !





Un petit clin d'oeil à Jocelyne, du Jardin de Chêneland,  qui pensait que mes Viburnums n'étaient pas trop contents : cette année, ils sont plus opulents que jamais et je ne me lasse pas de les admirer. 
Près de la terrasse Est :


Une avalanche de fleurs en harmonie avec les poteries nouvellement installées.



Mais aussi à l'autre bout du jardin, côté Ouest, les Viburnums du sous-bois  ne sont pas en reste :


Ici ils accompagnent le Cornus florida. Ce Cornus qui fut "Rubra" a finit par pâlir jusqu'à devenir blanc ces dernières années, ce qui n'est pas pour me déplaire .



Au pied du Cornus, les primevères Japonaises sont en fleurs. J'en ai repiqué quelques-unes ; les semis sauvages donnent des fleurs plus pâles.



Le phosphate ferrique déposé au pied des Hostas a rempli son rôle. Et pour l'instant... pas de grêle (ouf !) Parmi les nombreux Hostas du jardin, j'ai choisi aujourd'hui "Queen of the Seas" qui pousse en isolé au pied de deux Hydrangeas paniculatas. 


"Queen of the Seas" provient de la pépinière de Gino Vandekinderen.. A Bezouotte,  j'ai remarqué plusieurs nouveautés qui ressemblent fort à cette Reine des Mers : feuillage bleu, épais et ondulé sur les bords.  J'ai l'impression que seul la comparaison de leur ADN pourrait les distinguer !

L'an dernier est arrivé l'Hosta "Dancing Queen"  au beau feuillage doré, à bord ondulé. (ah ! quand même un petit trou sur une feuille !).




Ici en compagnie du Geranium phaeum "Samobor" et de l'Astilbe "Color Flash Lime" :












Les Camassias sont au rendez-vous. Pendant des années j'ai hésité à planter ces bulbes. Il y a deux ans j'ai tenté leur culture et, belle surprise, ils se sont avérés parfaitement rustiques, même après l'hiver 2011/2012  pourtant très froid. J'ai fait une tentative au soleil, et une à mi-ombre. La première exposition leur est plus favorable. Ceux qui sont à mi-ombre fleurissent nettement moins bien.



Allez, pour terminer, une petite vue sur un coin du jardin :



Je vous souhaite un agréable week-end.

mardi 14 mai 2013

Couleurs de Mai



Beau temps ce mardi... mais il paraît que ça ne devrait pas durer ... J'ai regardé les photos de 2012 et je constate que le jardin a globalement deux semaines de retard par rapport à l'an dernier.
Les Viburnum plicatum Mariesii du jardin commencent leur floraison. Ils ont bien profité de ce printemps pluvieux et sont en pleine forme. 
Ils sont faciles à bouturer et se marcottent aisément. Ce qui fait que j'en ai planté en différents endroits. Voici celui qui fleurit en ce moment au coin de la terrasse-Est (les Viburnums du sous-bois sont un peu moins épanouis pour l'instant) :



D'autres coins du jardin arborent des couleurs plus toniques. Ici le Laburnum Cytise est en fleurs. Ce petit arbre demande un sol bien drainé. Ici pas de problème d'humidité à son pied :  nous sommes sur le rocher et il a été planté il y a une dizaine d'années dans un creux dégagé à la barre à mine, sur la pente de la pinède !



Attention toutefois avec les jeunes enfants :
les graines sont toxiques !


Nous n'avons guère profité de la floraison des Malus ornus tant il pleuvait. Je n'ai même pas eu le temps de les photographier.

L'Acer greffé "Phoenix" de la terrasse Est et les tulipes "Menton" en arrière plan. Le tout éclairé par le feuillage du Physocarpus "Dart's Gold" et de la Spirée "Golden Princess".




Les Heuchères font figure de revenantes ! Si vous les aviez vues à la fin de l'hiver !




Les Hostas sont tous sortis. Ici June en compagnie d'un Epimedium. Ce dernier est un "sans nom, sans grade"... je l'ai planté dans les débuts du jardin. On trouve maintenant de nombreux cultivars qui ont leurs amateurs. Mais j'avoue que je n'ai jamais fait l'effort de m'intéresser à ces fleurettes qu'il faut contempler à quatre pattes...




Au pied de l'Acer "Orange Sensation" : Hosta "Orange Marmelade" et  Hosta "Fire Island" au feuillage jaune lumineux sur des pétioles rouges. 











 







 Mais aussi Carex elata "Aurea", Alchémilles, Heuchera "Elektra"... Tous ces végétaux éclairent le sous-bois.


















Encore une fois vous aurez remarqué que les feuillages tiennent une bonne place dans la composition des massifs du jardin des Pins Noirs. Je m'efforce de ne pas penser uniquement floraisons. Celles-ci sont bien souvent éphémères, notamment si le temps est pluvieux. Pas de problème avec les feuillages. Enfin... si la grêle ne s'en mêle pas !

Et qui trottait hier dans le jardin, pour se réfugier sous les Tujas "Zebrina" ?  Un jeune hérisson ! On en rencontre souvent dans ce coin là : mon mari fait sécher les allume-feu pour les flambées d'hiver sous les grands Douglas, derrière l'écran des Tujas.



Il n'est pas mignon ?













 

 



mardi 7 mai 2013

Jardin blanc - bleu



Il pleut un jour sur deux... ce qui ne facilite pas les travaux au jardin. Tous les massifs ont été nettoyés mais la pluie favorise la venue de quelques  intruses que je traque impitoyablement.

Avec la pluie et les températures bien basses pour la saison, les plantations et semis au potager sont en retard.Je préfère patienter en attendant des jours meilleurs.

Les massifs, toujours bien tristounets en fin d'hiver (je ne m'y habituerai jamais !),  se densifient de jour en jour. Cependant les floraisons des bulbes ne durent guère sous la pluie. Et nous n'avons pas vraiment profité des fleurs des amélanchiers et des pruniers. Les récoltes risquent fort d'être peu abondantes sur ces arbres là. Voici une photo prise le 24 avril dernier.



Quoiqu'il en soit, le jardin revit. Couleurs pastel ou teintes plus vives selon les massifs. Ce n'est pas encore la grande saison du blanc des arbustes, mais je commence aujourd'hui par vous en présenter quelques unes, en compagnie des vivaces bleues. Ces couleurs s'accordent parfaitement entre elles au printemps.

Mais tout d'abord, comment faire pour éviter la corvée du désherbage dans le sous-bois ? Et bien, tout simplement, planter quelques pieds de Vinca minor qui, avec le temps, couvriront le sol des massifs en formant de véritables tapis. Aucune herbe n'arrivera à s'installer sous ce couvert.
A noter qu'il existe une Vinca minor auréomarginata. (je l'ai installée au pied du Liquidambar "Manon" dans un autre coin). Au premier plan, sur la droite, un jeune Cornus "Autumn rose"...




Les incontournables Coeur de Marie (Dicentra spectabilis "Alba) sont au rendez-vous et côtoient les Arabis Fernandii Coburgii, les Saxifraga ou encore le Brunnera variegata :






Les petits Scilles se sont installés eux aussi sous les arbres :



En bleu encore, Corydalis flexuosa ou Brunnera font bon ménage au pied de Euonymus alatus :




Vous remarquerez au passage que certains Hostas ont bien démarré.



Les tulipes ne tiennent pas longtemps sous cette pluie qui n'en finit pas.



Les arbustes à fleurs blanches commencent leur prestation. Comme le Staphilea pinnata -ou faux pistachier- tout jeune encore...
Le Staphilea pinnata est un arbuste originaire d'Europe ou d'Asie. Parfaitement rustique, il prospère en tout sol. Sa floraison est parfumée.



Je vous ai déjà présenté le Fothergilla major. Il est en fleurs en ce moment. Quand il sera défleuri, il traversera modestement les beaux jours avant que son feuillage étincelant n'attire à nouveau notre attention en automne.Cet arbuste a un petit faible pour les sols frais et les sols légèrement acides.




Et pour changer un peu des traditionnels Cognassiers du Japon, voici le Chaenomeles "Yukigoten". Une petite merveille aux fleurs d'un blanc crémeux.
Cet arbuste de petite taille, apprécie une situation mi-ombragée.



Et bien entendu, la saison des Cornus débute avec ce Cornus florida qui aura bientôt la compagnie des Viburnum plicatum du sous bois... D'autres Viburnums suivront. Je vous les présenterai le moment venu.
Au pied de ce cornouiller, vous remarquerez une azalée caduque non identifiée.



Sous les arbustes, méli-mélo de végétaux faciles, amateurs de fraîcheur :  Hostas, Brunneras, Ancolies, Primevères Japonaises, Arum Italicum, sur une bordure d'Alchemilla mollis











Vous avez remarqué le sentier qui serpente entre deux massifs. Au bout de ce sentier se trouve une parcelle qui a été ajoutée au jardin après notre emménagement. Avant cette acquisition, j'avais crée deux sentiers dans la largeur du terrain afin de donner l'illusion d'un prolongement. Une fois la parcelle supplémentaire acquise, j'ai conservé ces sentiers, bien que nous ne les utilisons plus du fait que les arbustes se sont considérablement développés. Il me semble qu'ils restent intéressants, visuellement.

J'ai consulté la météo locale : les jours à venir ne seront pas fameux. Météo en dents de scie pour ne pas changer... En cas de chômage technique, j'aurai peut-être (ENFIN !) la possibilité de vous rendre une petite visite !
Beaucoup parmi vous seront en congés. Profitez bien de ces jours de repos.