Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



lundi 4 octobre 2010

Amélanchier du Canada

Nous avons profité ces deux derniers jours d'un temps splendide. Malheureusement, il n'en va pas de même aujourd'hui !
Un petit tour au jardin ce matin, me prouve que nous entrons de plein pied dans l'automne. Cette fois, les rosiers sont un peu tristounets. Heureusement les feuillages vont prendre le relais. A moins que le froid n'arrive vite...

Voici l'Amélanchier du Canada -A. Canadensis- qui devance toujours les autres arbustes du jardin. Il est vraiment facile à vivre : il pousse partout, nous gratifie d'une magnifique floraison précoce, puis de petits fruits qui font le régal des oiseaux mais aussi... des visiteurs ! Pour ma part -et s'il en reste- j'utilise les baies en tarte. Cuites, elles ont un petit goût d'amande.



L'amélanchier du Canada est originaire de l'Amérique du nord et de l'Europe. Son nom vient du provençal "Amélanquier". Au Moyen-Age, il était surnommé "Arbre aux Oiseaux".
Il est à noter que l'Amélanchier Lamarckii préfère un sol un peu plus frais.



Quant à Malus purpurea, je l'ai photographié hier sur un fond de ciel  bleu.




Certes, il est commun, et celui-ci n'est pas identifié. Mais sa floraison printanière -que je vous montrerai en son temps- ressemble tout à fait à celle de "Liset" que j'avais dans un précédent jardin.
Sa fructification  attend les gourmands de la forêt voisine. Et comme l'arbuste se trouve à proximité de la maison, nous avons là une volière naturelle bien agréable à contempler !

10 commentaires:

Marie-Noëlle a dit…

Celui-ci je regrette toujours de ne pas l'avoir planté, d'abord pour sa floraison et après pour ses belles couleurs d'automne. Mais je ne sais pourquoi, je n'en ai jamais eu !! Un jour, j'ai lu que ses fleurs duraient très peu de temps et cela a du me bloquer à tout jamais .. lol ..
Bonne soirée

Catherine a dit…

Tu sais Marie-Noëlle, l'amélanchier ne fleurit pas moins longtemps que certains arbustes de printemps... surtout quand le temps est pluvieux.
Mais les fleurs sont précoces, et tellement légères ! J'en ai d'ailleurs planté un deuxième dans un autre coin du jardin.
Bonne soirée.

Fred a dit…

J'ai déjà mainte fois pensé à en mettre un car j'aime bien son port et son feuillage automnale est à tombé par terre, par contre je me bloque à chaque fois sur le fait qu'il nécessitte apparement un sol frais et légérement acide !
Il faudrait peut etre que je jette mon dévolue sur A.ovalis qui supporte tout type de terre, mais je doute de la beauté de son feuillage automnale ;)

Catherine a dit…

Bonjour Fred ! On dit les amélanchiers acidophiles...Et j'en ai vu planté dans des terrains neutres... Le mien est un Canadensis planté il est vrai dans la pinède... Mais c'est archi-sec à cet endroit là !
Il ne demande aucun soin, il résiste à tout, sauf au feu bactérien ; mais ne parlons pas de catastrophe !
Par contre l'amélanchier Lamarckii demandera un sol un peu plus frais...

berthille a dit…

J'ai planté un amélanchier alnifolia il y a quelques années. Je ne regrette pas mon choix non plus.
A l'origine, ses baies étaient destinées aux oiseaux mais depuis que nous y avons goûté, elles terminent en gelée.

Catherine a dit…

Berthille, Amélanchier alnifolia : est-ce le même arbuste que l'Aronia ?
J'ai deux Aronias qui ne fructifient pas...et je ne sais pas pourquoi.

Sylvaine a dit…

Un bel arbre, l'amélanchier mais je n'ai vraiment plus de place et de toute manière, ma terre est vraiment trop alcaline pour lui.
C'est vrai, l'automne est bien là. Malgré des températures douces, les feuillages jaunissent, les floraisons se font de plus en plus rares et les champignons eclosent un peu partout.

Catherine a dit…

Parlons-en des champignons ! Cette année, il n'y en a pas seulement dans les bois : chez moi il y en a un peu patout en limite de propriété, côté forêt...

berthille a dit…

L'amélanchier à feuilles d'aulnes -alnifolia- est appelé aronie fleuri -aronia alnifolia-. Pas facile de s'y retrouver, n'est-ce pas ?

J'ai également planté une aronia melanocarpa. Les arbres, bien que très proches, sont différents : feuilles plus pointues et baies brillantes pour l'aronie.

Catherine a dit…

Merci pour la précision ; c'est bien ce que je pensais : amélanchier alnifolia = aronia alnifolia.
Bonne journée.