Ce jardin est parti ... de rien ! Sur ce terrain de 37 ares, il n'y avait que des ronces, des arbres en rangs serrés ; certains sapins mesuraient plus de 30 mètres de haut !
Nous avons cependant été séduits par cet environnement privilégié et nous avons vite réalisé que la colline boisée qui jouxtait la propriété, formerait un merveilleux arrière-plan pour le jardin que je souhaitais réaliser.
La particularité des Pins Noirs réside dans les ambiances très contrastées qui se côtoient au jardin : rocaille sèche sous la pinède, mais aussi massifs verdoyants dans la fraîcheur du sous-bois.



vendredi 5 décembre 2014

jardinage... vraiment ?...




J'apprécie les graminées, leur facilité de culture, leur belle présence tout au long de l'année. Je les aime tout particulièrement en automne quand elles développent leurs plumets vaporeux sur des chaumes couleur de miel pâle.


Oui... MAIS !  On installe un petit godet, on trouve que la plantounette ne grandit pas bien vite au regard de ce que l'on a repéré dans le catalogue et  tout à coup, allez savoir pourquoi, la belle se met à s'étoffer à vue d'oeil, li-tté-ra-le-ment. Poussez-vous, poussez-vous semble t-elle dire à ses voisines.





L'idée d'un déplacement commence à germer si j'ose dire. Ce n'est pas une mince affaire et le temps de se décider, l'opération relève alors "des techniques de travaux publics" comme nous le faisaient remarquer avec humour nos amis jardiniers du Jardin des Vigneaux



Mais comme il n'était plus question de faire passer un engin de chantier à cet endroit là, j'ai demandé l'aide de mon mari. Nous avons donc sorti les pioches, les pelles et les brouettes pour déplacer un imposant Miscanthus chinensis "Zebrinus".

Dans un premier temps, ficeler la bête et dégager les alentours.




Puis creuser une tranchée pour extraire la motte. Celle-ci n'était pas installée trop profondément mais vu sa taille il a fallu de l'énergie pour la déchausser.





Mon aide de camp chausse du 43... vous aurez peut-être une idée de la taille du Miscanthus !
Une fois la souche sciée en trois morceaux...


nous avons choisi d'installer le plus gros au pied du Parrotia persica.

Mais voilà : au pied du Parrotia persica et à droite d'un Hydrangea quercifolia, étaient plantés depuis deux ans, deux beaux Hydrangeas : H. serrata Veerle et H. paniculata "White Moth".  C'est l'éternel jeu des chaises musicales au jardin : il faut déplacer trois plantes pour en installer une nouvelle.






Deux ans... et pourtant : les pieds bien au frais, ils commençaient déjà à se trouver un peu à l'étroit eux aussi. Nous les avons donc déplacés devant l'Hydrangea quercifolia pour permettre la plantation du Miscanthus au pied du Parrotia persica. Vous me suivez j'espère?... Mais quelques photos valent mieux qu'un discours :





Il me restera à raccourcir le pied de Miscanthus pour qu'il n'ait pas de prise au vent cet hiver puis, si ma cheville me laisse quelque répit, j'agrandirai le massif au pied des Hydrangeas pour installer des végétaux d'accompagnement.
Pour l'instant, je n'ai pu  qu'installer deux Hostas. Pas de nouveautés : j'ai rajeuni l'Hosta "Stained Glass" qui en avait besoin.




Pour terminer sur une note colorée, voici une petite photo de l'Hydrangea serrata "Veerle". Bleu à la floraison, il termine la saison dans une belle teinte pourprée.







Et aussi de l'Hydrangea paniculata "White Moth" qui a la particularité de fleurir sur le bois de l'année précédente.




Je vous dis "à bientôt" !




20 commentaires:

Lydie MAILLOUX a dit…

le jeu des chaises musicales, aussi grand soit le jardin on n'y coupe pas !
L'évolution de la fleur de cette hydrangea verlee est étonnante ! inattendue même !
Bises
Lydie

⊰✿⊱France ⊰✿⊱ a dit…

Catherine bonsoir et bien quel travail tu as raison et il faut de la force aussi
car rien ne devait être simple
et faire une tranchée non plus ce n'est pas simple il faut y aller encore et encore
Merci pour tes photos j'en vois de plus en plus et ton jardin est si vert je trouve
tu dois te sentir si bien dans ton jardin qui n'est pas secret car nous en découvrons de plus en plus
tu sais tu dois en connaitre des noms de fleurs et tu vas en découvrir de nouvelles surement
gros bisous

Catherine a dit…

Lydie, bonjour !
Dans mon précédent jardin, je plantais très espacé et je comblais les vides avec des annuelles.
Mais maintenant, vu l'étendue du jardin et surtout les contraintes de notre environnement, je préfère planter un peu serré pour éviter le dessèchement et la pousse des "mauvaises" herbes.
Pour les Miscanthus, je pense que j'aurais dû prévoir le développement si rapide.
Bon week-end. Bises

Catherine a dit…

France, merci pour ta visite.
Si j'ai quelques contraintes du côté du jardinage, tu as de quoi t'occuper avec la maçonnerie !
Je te souhaite une bonne fin de semaine. J'espère que le temps s'est amélioré chez toi. Ici on annonce un peu de neige... tout a une fin.
Bisous.

Berthille a dit…

Arg ! Quand je vois ta "petite" touffe de "Zebrinus' et le travail pour le sortir, je pense à mon géant de 'Silberfeder' qui commence à vampiriser bien plus que je ne le voudrais tout un coin de massif. Je comptais le réduire en largeur au printemps 2015 mais tout ce que j'ai lu et vu me font penser (et admettre) que ce sera mission impossible. Et pourtant il FAUT que je fasse quelque chose.
Le pire étant que dans ce même massif, j'ai planté ... un 'Zebrinus' ... et un polygonum polymorphum. Inconsciente (et incorrigible) que je suis !
'Veerle' est magnifique !

Marie-Claude a dit…

Je te retrouve sur la blogosphère !
L'épisode du déplacement de ce Miscanthus, nous l'avons connu l'an dernier, nous en avions acheté deux qui sont devenus deux monstres, nous en avons enlevé un et après quelques suées nous l'avons planté chez notre fille à la place de ses bambous envahissants que Joël avait arraché avec notre beau-fils...Un travail de titan !!!
Bises
MC

Duojardin a dit…

Belle association que celle du parrotia et du miscanthus.
On est toujours surpris par l'évolution des graminées. Les deux premières années, tout est calme et à la troisième, ça s'affole. Et on se surprend à diviser, diviser et diviser encore. Les vieilles touffes ont souvent tendance à se creuser au centre. Il existe maintenant de nouvelles variétés de miscanthus beaucoup moins fougueuses comme le Yakushima.
Beau dimanche à vous.

louli a dit…

Moi aussi j'ai testé cette année avec un miscanthus giganteus et je n'ai pas réussi, c'est mon fils qui s'en est occupé ... En tous cas le déplacement valait la peine, le rendu est déjà prometteur auprès du parrotia ! Bises

Catherine a dit…

Coucou Blandine !
N'aurais-tu pas un "porteur de brouettes" à la maison ? Il pourrait faire l'affaire pour la transplantation !
J'ai un autre Miscanthus (non identifié) si gros que là, je renonce : ce sont les voisines qui déménageront !
J'ai fait deux/trois boutures de Veerle. Si ça marche, tu en veux une ?

Catherine a dit…

Marie-Claude, oui, je suis là à nouveau. pas au top avec mes fractures successives.
Les phyllostachis... là c'est le pompon.Nous les avons enlevés il y a deux ans.C'est mon cadet qui piochait. Mois je tirais comme je pouvais sur les rhizomes.
Les Miscanthus sont sans gêne mais ils ne cavalent quand même pas comme les Bambous.
Bon début de semaine. Bises

Catherine a dit…

Duo, bonsoir !
Oui, je suis contente du résultat de nos efforts. Le Miscanthus rend vraiment bien là où il est maintenant. Et il ne gênera plus ses voisins !
Je note le M. Yakushima et vais dès à présent me renseigner. merci pour l'info.
Bonne soirée.

Catherine a dit…

Sophie, mari ou grands enfants, que ferions nous sans les "hommes" de la maison ?
Mon mari ne jardine pas mais il est costaud. Ca sert toujours !
Bonne soirée.
Bises

⊰✿⊱France ⊰✿⊱ a dit…

Je viens te dire bonsoir il ne fait pas bien chaud je trouve alors demain je porterai un chapeau et une grosse écharpe
je t'embrasse Catherine
bonne soirée

Catherine a dit…

France, bonsoir.
Alors demain peut-être une petite photo avec le chapeau et l'écharpe ?
Je n'ai pas une "tête à chapeau" mais je me suis tricoté une écharpe d'une longueur invraisemblable quand je ne pouvais pas marcher !
Bisous.

verveine sauvage a dit…

Chez nous le miscanthus est immuablement décevant... pas de croissance, pas d'élargissement... alors nous n'en sommes pas au déplacement ! BOnne semaine

Jocelyne Jardin Chêneland a dit…

Le miscanthus zebrinus n'est pas le plus difficile à changer de place. J'en ai déplacé un cet automne que j'ai pu replanter alors que l'an dernier j'en ai arraché un à la pioche pas récupérable du tout. Beau travail dans ton jardin, les changements donneront un bel effet au printemps prochain.
Belle soirée, bises

Viou62 a dit…

Bonsoir Catherine
Et bien vous avez du en baver, on a souvent du mal a s’imaginer leur taille adulte.
J’ai 2 miscanthus et l’un d’eux devient tres grand, heureusement il est en isole...
Bonne soiree, bises

Catherine a dit…

Verveine sauvage, bonjour
Chez moi certains miscanthus ont mis quelque temps à s'installer. Je trouvais même le temps long.La terre du jardin est fraîche. Mais même dans les parties arides, ils tiennent le coup.
Bonne semaine.

Catherine a dit…

Jocelyne, je suis contente du résultat de nos efforts. Mais je t'assure que ce pied de Miscanthus Zebrinus nous a donné du fil à retrodre !
Bonne semaine. bises

Catherine a dit…

Sylvie, c'est plus raisonnable en isolé. Sinon il faut vraiment réfléchir (ce que je n'avais pas vraiment fait !). ette fois, il ne gênera pas ses voisins.
J'en ai un autre que je vais me dépêcher de déplacer avant qu'il ne deviennent trop imposant.
A bientôt. Bises